10 déc. 2006

interlude

J'ai retrouvé ça dans nos cartons après notre réinstallation. Y'a pas grand chose à sauver des années 80, moi je trouve, mais ça, quand même... C'est aussi émouvant que de réentendre le vieux slow crétin sur lequel on a invité la première fille, à 13 ans, dans le sous-sol des parents où on organisait des boums...



C'était l'époque du loubard risible, le même qui sévissait dans les textes de Renaud ou les blagues de Coluche. Guère plus dangeureux qu'un pied nickelé. C'est pas avec Kébra qu'on risquait l'insécurité dans les banlieues, en tout cas...


7 commentaires:

lionel larchevêque a dit…

hein, c'est marrant, hein ? (le mafia motel et tout, hein....)

yves a dit…

je crois bien que ce n'est pas de ma génération...
:D

lionel larchevêque a dit…

ah bon? t'es si vieux que ça ???

yves a dit…

huhu désolé:D
et les kiwis monsieur? (et gros bravo pour ton bouquin au passage)

lionel larchevêque a dit…

merci yves ! L'élevage de kiwis, j'ai arrêté... :)

Ju a dit…

Je suis fan de Kebra... Y avait aussi "Le Zonard des Etoiles" ou "Fait comme un rat" ou "La Honte aux trousses" Enorme.

Je ne suis pas tout à fait d'accord sur le côté "pas dangereux" de cette banlieue des 80's Y avait quand même Kruel et sa bande!

Sinon dans le genre (et la même collection) on peut citer les Closh de Dodo et Ben Radis, chronique d'un groupe un peu loose avec Richard Antez et Agnès Padrille!

Tramber et Jano ont aussi commis Keubla, le pendant de Kebra mais version africaine, y a même une aventure où ils se retrouvent tous les deux.

pascalum a dit…

wé, Ju tu as raison, chez Kebra, on sortait le cran pour moins que ça. Pour moi les années 80 c'était le retour de Métal Hurlant et l'arrivée des enfants du Rock ...moi aussi je suis un vieux.